Le gaspillage alimentaire C’est un problème mondial. En plus d’être une terrible inefficacité, cela impose également un stress supplémentaire à notre planète et affecte les coûts de production supplémentaires.

1.- estimations, prévisions et mesures correctes

De sorte que, ne vient pas avec les estimations approximatives peuvent être faites œil. À l’heure actuelle, il est nécessaire d’avoir des solutions technologiques qui viennent sur le marché surveiller en détail les besoins d’approvisionnement ayant notre restaurant. Face aux prévisions et aux estimations souvent imprudentes que les humains peuvent faire, les solutions basées sur l’apprentissage machine et les résultats de l’intelligence artificielle offrent une bien meilleure fidélité à la réalité. Ces solutions sont d’une utilité cruciale en cuisine car la réduction des entrées de nourriture inutiles permet d’obtenir un double avantage : contribuer aux économies dans le restaurant ; réduire les coûts associés aux fournisseurs de nourriture et ceux liés à la gestion des déchets.

2.- Impliquer toute l’équipe pour éliminer le gaspillage alimentaire

Pour maximiser les résultats de la lutte contre le gaspillage de nourriture dans le restaurant, il ne suffit pas que le propriétaire soit satisfait et disposé à s’efforcer d’atteindre ces résultats. Dans cette étude, le rôle joué par l’ensemble du personnel de l’entreprise dans l’élimination du gaspillage de nourriture sur le site est mis en évidence sur ce lien. Ainsi, doit être informé de l’importance des mesures correctives prises au sein du restaurant. Chacun des travailleurs salariés, de la camaraderie du personnel aux responsables du nettoyage de la cuisine, doit connaître les protocoles visant à réduire la consommation excessive et inutile de produits alimentaires.

Un marché imparfait réinvente l’alimentation pour améliorer la durabilité des aliments Le marché de l’alimentation est imparfait se réinvente pour améliorer la durabilité des aliments. Si le groupe de travail est bien conscient, les effets sur le gaspillage alimentaire sur le lieu de travail seront beaucoup plus évidents. Les restaurants ayant participé au rapport ont observé des réductions d’environ 25 % de la quantité de nourriture qu’ils venaient de mettre en décharge, pour autant que l’ensemble de l’équipe ait renversé cet objectif. Les résultats étaient plus faibles lorsque les responsables ne communiquaient pas avec les autres employés.

3.- Réduire la surproduction

Suivre avec précision les performances de nos modèles locaux peut sembler lié au gaspillage alimentaire. Si des inefficacités sont détectées quotidiennement, il faut y remédier le plus rapidement possible. Un changement dans la méthodologie avec laquelle l’entreprise est menée (particulièrement important dans le cas des buffets en libre-service), dans la lettre, dans le mode de cuisson ou de préparation des ingrédients, et dans la manière dont les services sont promus restaurant, Vous pouvez avoir des effets positifs inattendus sur la quantité de nourriture gaspillée.

4.- Inventaires et améliorations du provisionnement

Les trois points discutés jusqu’à présent sont ceux qui motivent des retours sur investissement plus élevés. Néanmoins, s’appuyer uniquement sur des mesures d’amélioration, en collaboration avec la main-d’œuvre et en réduisant la production excédentaire, c’est insuffisant. Pour atténuer les effets négatifs du gaspillage alimentaire, il faut mettre toute la viande sur le grill (seulement métaphoriquement). Effectuer un suivi des denrées périssables peut conduire à des changements de dernière minute sur les cartes.

Littéralement, il ya des centaines de conseils que le restaurateur conscient peut intégrer le travail quotidien dans votre établissement pour non seulement une plus grande durabilité dans la nourriture, mais aussi une économie d’argent considérable.

5.- Une alternative pour les restes de nourriture

Souvent, nous jetons des restes de nourriture qui pourraient bien être utilisés pour d’autres recettes. Ces « déchets » peuvent leur donner une autre utilité si vous avez un peu d’initiative et d’imagination. Les restes de légumes peuvent être encourus, desséchés ou moulus pour être utilisés comme garniture ou assaisonnement dans d’autres plats. Les fruits peuvent être marinés, liquéfiés ou infusés. Quant aux céréales, aux légumineuses et aux tubercules, il est préférable d’utiliser les restes dans la cuisson et les purées.